Entre le réel et le virtuel - Balade et méditation

Balade et méditation

Balade et méditation

Cet espace se veut une invite à une randonnée à travers les voies de la vie. Je souhaite la bienvenue à celles et ceux qui me rejoindraient sur ce parcours où nous ferons des haltes pour nous ressourcer.

Entre le réel et le virtuel

Publié par Idir Ait Mohand sur 9 Août 2014, 20:18pm

« Moi, Galiléo, fils de feu Vincenzio Galilei de Florence, âgé de soixante dix ans, ici traduit pour y être jugé, agenouillé devant les très éminents et révérés cardinaux inquisiteurs généraux contre toute hérésie dans la chrétienté, ayant devant les yeux et touchant de ma main les Saints Évangiles, jure que j'ai toujours tenu pour vrai, et tiens encore pour vrai, et avec l'aide de Dieu tiendrai pour vrai dans le futur, tout ce que la Sainte Église Catholique et Apostolique affirme, présente et enseigne. Cependant, alors que j'avais été condamné par injonction du Saint Office d'abandonner complètement la croyance fausse que le Soleil est au centre du monde et ne se déplace pas, et que la Terre n'est pas au centre du monde et se déplace, et de ne pas défendre ni enseigner cette doctrine erronée de quelque manière que ce soit, par oral ou par écrit; et après avoir été averti que cette doctrine n'est pas conforme à ce que disent les Saintes Écritures, j'ai écrit et publié un livre dans lequel je traite de cette doctrine condamnée et la présente par des arguments très pressants, sans la réfuter en aucune manière; ce pour quoi j'ai été tenu pour hautement suspect d'hérésie, pour avoir professé et cru que le Soleil est le centre du monde, et est sans mouvement, et que la Terre n'est pas le centre, et se meut ».

Et si la terre n’est pas ronde et qu’elle ne bouge pas ? Et si l’homme n’a jamais été sur la lune ? Et si les nouvelles technologies ne sont que des simulacres ? Et si on supprimait le « si », ce conditionnel qui nous agace, il en résultera que la terre n’a jamais été aussi plate, qu’elle a des bords et qu’au bout, l’horizon touche le ciel. Une légende bien de chez nous, dit que la terre repose sur la corne d’un bœuf ! Pensez donc, ce mythe ancien qui prête à sourire, est d’un moralisme extraordinaire pour ceux qui savent le déchiffrer. Dans la Kabylie ancienne, les labours se faisaient avec des bœufs. Comprendre par là, la terre nourricière qu’il faut travailler si on veut garder notre statut d’êtres humains. De nos jours, cette méthode tend à disparaître de notre décor, emportant avec elle notre statut et cédant sa place aux bétonneuses et autres engins de déblaiement.

Et cette lune qui ne finit pas de parler d’elle ? Aujourd’hui encore, on se demande pourquoi Jules Verne est allé jusqu’à imaginer le voyage de la terre à la lune en 97 heures et 20 minutes en 1865, avec en sus le drapeau américain sur son obus. Il devait être fou pour laisser vadrouiller aussi loin sa fantaisie. Non, le Yankee nous a berné avec son Apollo, nous faisant croire à l’impossible pour nous détourner des vraies croyances. Cette année de Juillet 1969, alors que le monde entier avait les yeux rivés sur leurs écrans, pour la majorité en noir et blanc, ces filous de cosmonautes avaient pris place dans leur capsule pour aller se cacher juste à côté, le temps d’un voyage fictif et revenir en héros !

Et ces nouvelles technologies ? Ces méthodes ne sont que des tours de passe-passe que nous jouent ces prétendus chercheurs qui se remplissent les poches sur le dos des crédules. La vérité se trouve chez les politiques de tous bords qui ne ménagent aucun effort pour couvrir les omniscients de leurs messages porteurs de bien-être. Suivez le guide, il vous conduira tout droit vers l’eldorado tant rêvé et où se trouve le bonheur recherché.

Et l’informatique en question, c’est quoi ? Cette intelligence artificielle n’est qu’un fourbi que l’homme a inventé pour rendre le monde tout petit, tellement petit, qu’il n’existe plus de frontières entre individus. Bien que j’utilise cet outil pour communiquer, je vous demanderais de m’accorder le privilège d’en douter. A mon avis, ce n’est rien du tout, ça n’existe pas, et même si c’était le cas, ce n’est que du virtuel, donc irréel. « Maâza walou taret !».

Nous sommes sociaux !