Réflexion et méditation - Balade et méditation

Balade et méditation

Balade et méditation

Cet espace se veut une invite à une randonnée à travers les voies de la vie. Je souhaite la bienvenue à celles et ceux qui me rejoindraient sur ce parcours où nous ferons des haltes pour nous ressourcer.

Réflexion et méditation

Publié par Idir Ait Mohand sur 2 Mai 2015, 15:22pm

Rares, sont ceux qui, en regardant les étoiles, s’offrent le temps de s’interroger sur les mystères de la création. Après avoir longuement réfléchi à la question, j’ai compris que ceux qui savent qu’ils ne savent rien, possèdent un atout qui leur permet d’aller vers un bonheur intérieur où règnent la paix et l’apaisement, une sorte de communion avec le créateur. Si au bas de l’échelle, la raison et la foi ne vont pas dans le même sens, en haut de l’échelle, elles se rejoignent dans une dialectique cohérente. Chaque individu, ayant ses propres raisons de sa foi exprimée par une conscience dont il est doté bien malgré lui, il serait vain d’essayer de lui faire admettre le contraire.

Il y a quelques années, ce sujet concernant la foi eût paru inapproprié. On pensait que cette question était réglée et qu’elle relevait de la mystique ou de la pure transcendance. Aujourd’hui, elle revient sous une autre forme comme autrefois lorsque les guerres se faisaient au nom de Dieu. Depuis, rien n’a évolué, la notion du créateur qui, normalement doit échapper à la raison humaine, est remise au goût du jour. Faisant référence à tel ou tel autre texte, le pratiquant s’arroge le droit de rappeler, à tout moment, la parole de Dieu qu’utilisent les faux dévots pour semer la haine. Quand le discours de la mauvaise foi prend le dessus sur le bon sens, il n’est plus permis d’espérer un monde futuriste qui serait débarrassé de toutes les querelles et les guerres faites au nom de la foi.

Depuis la nuit des temps, on nous a enseigné que l’humanité a commencé par le couple Adam et Eve. De cette union naquirent deux enfants Abel et Caen, mais à quatre, ils étaient trop nombreux sur cette planète. Dès lors, germa l’idée de l’assassinat dans la tête du fils aîné qui exécuta la sentence en tuant son frère cadet. Ce fratricide qui ouvrit la voie au meurtre, fut le prélude à d’autres crimes commis au nom de la foi. « Tu ne tueras point » ne cessent de recommander tous les textes et pourtant. Ce qui se passe à travers le monde donne la preuve du contraire en incitant au mépris de l’autre si on veut rester fidèle à son dogme. Tous ces maquisards de la foi qui crient haut et fort qu’il faut combattre « l’ennemi » si on veut ambitionner les portes du paradis, nous rappellent la douloureuse histoire de l’humanité.

Par Dieu et pour Dieu, des militants de la foi, se croyant investis d’une mission divine, se sont formés au fil des siècles afin de pérenniser un acte répréhensible qui remonterait à la création. Jusqu’à maintenant et peut-être jusqu’à la fin des jours, il se trouvera des gens, tel l’ex-président de la première puissance mondiale, pour pointer du doigt « l’axe du mal ». Guérir le mal par le mal, voici une thérapie qui a donné à réfléchir à ce partisan de la guerre sainte en s’inspirant d’un autre « axe » comme au temps des croisades. Récemment, le grand mufti de la Libye, décréta que les régiments de son seigneur, en tant que « moudjahiddines » de la cause, sont exemptés du jeûne. Ils doivent se nourrir pour garder la forme afin de mener à bien leur mission. C'est-à-dire, massacrer au maximum leurs frères.

Je m’arrête là, car à l’instant même, une secousse tellurique d’intensité moyenne vient me rappeler la toute-puissance du créateur, signe que nous sommes si peu de choses dans ce tout petit monde. Vu à l’échelle interplanétaire, ce petit univers dans lequel nous évoluons, n’est qu’un petit rien gravitant dans un cosmos qui, lui-même, pourrait être un petit élément dans une dimension inconnue et ainsi de suite. Ceci étant un point de vue, je crois que l’un des plus grands mystères de la création, c’est l’homme et son esprit. Avant d’aller chercher des réponses là où elles n’existent pas, l’homme ferait mieux de se regarder en face et se demander qui il est d’abord.

Nous sommes sociaux !