L'incurable Lady - Balade et méditation

Balade et méditation

Balade et méditation

Cet espace se veut une invite à une randonnée à travers les voies de la vie. Je souhaite la bienvenue à celles et ceux qui me rejoindraient sur ce parcours où nous ferons des haltes pour nous ressourcer.

L'incurable Lady

Publié par Idir Ait Mohand sur 9 Août 2014, 20:30pm

« Vous, l’expert en magie noire, faites quelque chose monsieur le guérisseur », lancèrent-ils en chœur pour tenter de sauver la mamie. En désespoir de cause et après avoir consulté maints spécialistes qui ont diagnostiqué en elle, un syndrome atypique qui n’a pas de nom, ses enfants sont allés consulter le sorcier de la région pour tenter l’impossible. Sa souffrance est à son paroxysme, une crise de mysticisme aidant, la mémé chérie lutte contre le mal qui la ronge depuis quelques années.

Usée par les maladies successives, virus et autres microbes qu’elle a contractés tout au long de sa vie, la vieille n’est plus qu’une momie. C’est un bien triste destin que celui de cette mémère qui fut, autrefois, une déesse tant jalousée par ses congénères. Jeune et éclatante de beauté, elle régna sur ses biens répartis tout au long de la Méditerranée.

Très convoitée par des soupirants dignes de son rang, jalouse de sa beauté, elle rejeta toute alliance par crainte de perdre sa pureté. Mais le charme de son éclat, ne pouvait pas laisser indifférents les nombreux courtisans qui tentèrent d’obtenir ses bienfaits par tous les moyens. Parés de leurs belles cuirasses et utilisant bien des subterfuges afin de gagner sa complaisance, les prétendants qui arrivèrent de très loin se virent signifier une fin d’un non-recevoir par la dame aux attraits fascinants.

Elle était la reine des reines et ne pouvait, par conséquent, s’offrir au plus grand monarque qui soit, même si quelquefois la demande se fit avec insistance. Elle rejeta catégoriquement toute approche qui pouvait entacher sa grâce et son honneur de souveraine vénérée. Dès lors, toutes les démarches cessèrent jusqu’au jour où un malin ensorceleur, muni de ses amulettes, l’envoûta avec ses grigris.

Son stratagème s’avéra payant et la reine tant désirée, tomba sous le charme de ce nouveau venu qui lui fit signer un contrat d’alliance pour le meilleur et pour le pire. Bien qu’extralégal, ce mariage informel allait unir le couple dans l’ambiguïté totale. Après avoir abusé d’elle, le déloyal époux décida de l’abandonner à son sort après qu'il l'eût dépossédé de tous ses biens. Trahie et meurtrie, elle perdit son symbole puis, petit à petit, sombra dans la déchéance. Rendue vulnérable par ses déboires successifs, elle devint une dame de charme qui s’offrira au premier venu.

Depuis, bien des maquereaux firent leur apparition en s’imposant chez elle pendant un temps donné. Abusifs et outranciers, ces sadiques proxénètes n’hésitèrent pas à lâcher leurs fantasmes sur la pauvre malheureuse, lui faisant subir des tortures dont elle gardera des séquelles jusqu’à la fin de ses jours. Blessée, martyrisée, la belle ne sera, plus tard, que le spectre d’une dame aliénée.

Alors que sa fin approche, notre mère patrie rejette tous les soins palliatifs qui lui sont prodigués par ses propres enfants maudits. Combien de temps durera son agonie avant de rendre l’âme ? Jusqu’à quand tiendra-t-elle le coup face à une souffrance qui n’émeut personne ? On ne saurait le dire. Et comme il est écrit que la lady allait subir la pire des abjections qui soient, la voilà maintenant violée, possédée, abusée par ses propres enfants qui font fi de l’inceste ! Pauvre Algérie...

Nous sommes sociaux !